e-vainement(s)

e-gocentrismes d'une chieuse invétérée

24 mai 2005

Agence fiat lux...

      

Aujourd'hui, quand je suis passée chercher mon courrier, y'avait une mémé* qui crèche dans la cage d'escalier d'à côté, et qui, d'ordinaire, est aimable comme une porte de prison (et c'est un doux euphémisme !).
Alors, moi, comme d'habitude, j'entre dans le hall, je file vers ma boîte (vide - saleté !) ; donc je fais volte-face, prenant la direction de mon chez moi, j'évite de peu le clébard (modèle miniature, spécial shoot, hin hin**) de la sus-mentionnée représentante du troisième age (pourtant, avec son ciré rouge - par ce temps, misère ! - j'aurais pas dû le louper, l'animal...) , et paf ! je me retrouve nez à nez avec 'Madame' qui me fixe d'un air dubitatif. Moi, je me remets à grand peine de la crise cardiaque que j'ai frôlée, mais je lui dit quand même "bonjour" (j'ai pris l'habitude qu'on ne me réponde pas, c'est con, mais c'est de rigueur, semble-t-il...) et là, ô surprise, elle me répond ! Je crois qu'à ce moment là, j'ai dû faire une drôle de tête, genre 'surprise-impossible-à-dissimuler' avec les yeux en callots et tout et tout... Elle n'a pas parut s'en apercevoir, puisqu'elle a enchaîné aussi sec : "Ah tiens !? Vous habitez encore ici ?" (nan, je viens relever le courrier du nouveau locataire, comme ça, pour le fun...) "Ben... oui..." lui réponds-je à demi estomaquée par une question aussi saugrenue (Bon, je vous fais grâce de la suite, où elle m'a dit, grosso modo qu'elle était persuadée que j'avais déménagé, avec moults insistance et regards avides...)
Et je suis rentrée chez moi... (ellipse narrative de rigueur... >> 'tinnn, des fois, j'ai de ces éclairs de génie, moi, mouha ha ha arf arf !)

   Du coup, ça faisait bien trois heures que je sondais ma déplorable mémoire en cherchant le pourquoi du comment cette brave dame en est venue à cette brillante conclusion (que j'avais déménagé, donc) quand j'ai eu le déclic :
Il y a un mois, ma soeur aînée est venue passer quelques jours chez moi, à la fin desquels elle est repartie avec quelques affaires laissée là lors de son départ*** (elle occupait la chambre de mon actuelle colloc)... enfin, moi, je vois que ça, hein...

Moralité : les commères ont encore de longs jours devant elles... vous croyez qu'y'a un syndic ?


* : n'allez pas croire que je sois vieillophobe, hein... mais y'a des spécimens, j'vous jure...
** : alors là, même remarque ( ...ou presque, huhu !) : j'ai rien contre les chiens, hein, mais y'a des modèles horripilants, c'est comme pour tout...
*** : et encore heureux, hein ! sinan, il lui aurait fallut un trente-cinq tonnes, pour un déménagement dans lequel il n'y avait pas de meubles ! (enfin, si, deux petites bibliothèques, mais ça reste tout à fait de l'ordre du raisonnable...)

petipé-èsse : si j'ai le temps, ce soir, ou demain (ou plus tard, hein...), entre deux plantages d'exams (mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de moi, misère !) je vous donnerai quelques secrets au sujets des techniques imparables de mamie lébontuiyos, sacrée il y a peu 'inspecteur la bavette' par mes bons soins, hin hin !

Cuisiné par zebue à 17:38 - Un truc à ajouter ? [2] Grain(s) de sel - Perma-chose [#]

Vos grains de sel..

    Le troisieme age.

    Logique que tu trouves une vielle comme ça chez toi, t'habite dans la partie de la France ou il y a le plus de personnes âgés. Mais ton histoire est quand même hallucinante

    Gwen.
    p.s.: Merci pour ton commentaire sur mon blog, ça m'as permis de découvrir le tiens.

    Posté par , 27 mai 2005 à 08:57
  • gwen > oui, hein... mais y'en a ailleurs, des commères, nan méo ! (huhuhu !)

    petipé-èsse : de rien, de rien, merci à toi !

    Posté par , 27 mai 2005 à 11:09

Votre grain de sel à vous, c'est ?